L’EFSA ouvre la porte au renouvellement d’autorisation du glyphosate
juillet 27 2023

L’EFSA ouvre la porte au renouvellement d’autorisation du glyphosate

Non classifié(e)

Contexte

Le glyphosate est l’une des substances actives les plus largement utilisées dans les formulations herbicides pour empêcher la croissance des mauvaises herbes qui concurrencent les cultures. L’utilisation du glyphosate est autorisée dans l’UE jusqu’au 15 décembre 2023.

Le glyphosate est classé depuis le 20 mars 2015 comme « probablement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence de l’OMS qui précise que ce classement est une évaluation du niveau de preuves du danger engendré par l’exposition aux produits à base de glyphosate.

Fruit du travail de dizaines de scientifiques de l’EFSA et des États membres dans le cadre d’un processus qui s’est étalé sur plus de trois ans, l’évaluation des risques menée par les États membres et revue par l’EFSA a été réalisée dans le cadre de la procédure légale de renouvellement de l’autorisation d’utilisation du glyphosate en Europe. Elle repose sur l’analyse de plusieurs milliers d’études et d’articles scientifiques et intègre également les contributions recueillies lors de la consultation publique organisée par l’EFSA.

Processus d’évaluation du glyphosate

L’Agence Européenne des produits chimiques (ECHA) qui est responsable de la réalisation de l’évaluation des dangers des substances dans l’Union Européenne (classification, étiquetage…) avait conclu en mai 2022 “que le glyphosate ne répondait pas aux critères scientifiques pour être classé cancérogène, mutagène ou reprotoxique”.

C’est maintenant l’Autorité Européenne de sécurité des aliments (EFSA), chargée d’évaluer les risques de l’exposition de cette substance sur l’homme, les animaux et l’environnement à partir des données de l’ECHA et suite à l’évaluation des risques réalisée par les autorités de quatre États membres rapporteurs (France, Hongrie, Pays-Bas, Suède),  qui confirme en juillet 2022 “qu’elle n’a pas identifié de domaine de préoccupation critique en ce qui concerne les risques pour l’homme, pour l’animal ou pour l’environnement”. Une préoccupation étant définie comme critique lorsqu’elle affecte toutes les utilisations proposées du pesticide en cours d’évaluation (utilisation avant semis, après récolte, etc…) empêchant ainsi son approbation ou son renouvellement.

En ce qui concerne l’écotoxicologie, l’ensemble des données a permis une approche prudente des risques, qui a mis en évidence un risque élevé à long terme pour les mammifères dans 12 des 23 utilisations proposées du glyphosate.

Certaines questions restent cependant en cours d’étude et devront être complétées sur :

  • l’évaluation de l’une des impuretés du glyphosate (corps étrangers présents ou susceptible d’apparaître en raison d’erreurs pendant la fabrication, le stockage ou le transport) par manque d’information sur sa toxicologie.
  • l’évaluation du risque alimentaire pour les consommateurs en raison de données incomplètes sur la quantité de résidus de glyphosate dans les cultures en rotation.
  •  l’évaluation des risques pour les plantes aquatiques par faute de données sur leur exposition au glyphosate via la dérive de pulvérisation.

Le rapport complet de l’EFSA sera publié prochainement pour éclairer la décision de maintien ou non du glyphosate sur la liste des substances actives approuvées.

La Commission pourrait décider de mesures d’atténuation à l’occasion du renouvellement de l’autorisation de ce pesticide prévue avant le 15 décembre 2023, date d’expiration de l’autorisation actuelle.

Share it with your network
Découvrez notre présence en France et à l'international
Voir nos lieux
Mérieux NutriSciences recrute Rejoignez-nous
Nous rejoindre